La force de dissuasion nucléaire française possède deux composantes :

  • La composante océanique : c’est la FOST (Force Océanique STratégique) portée par la Marine nationale, constituée principalement des sous-marins  nucléaires suivants :
    • SNLE (Sous-marins Nucléaires Lanceurs d’Engins). Ils portent les missiles nucléaires
    • SNA (Sous-Marins Nucléaires d’Attaque). Ils ne  portent pas de missile nucléaire mais sont chargés du nettoyage de zone.

  • La composante aéroportée, composée de :
    • la FAS (Force Aérienne Stratégique) portée par l’Armée de l’air et composée d’avions de chasse (Mirages 2000 et Rafales) stationnés sur les Bases Aériennes (BA) du territoire français,
    • la FANu (Force Aéronavale Nucléaire) portée par la Marine nationale et composée de 28 Rafales M (Marine) basés sur le porte-avions Charles de Gaulle.

Le porte-avions Charles de Gaulle arrivera en fin de vie à l’horizon 2040 et sera remplacé par un nouveau  porte-avions également à propulsion nucléaire.

Les avantages de la propulsion nucléaire par rapport au Diesel sont multiples :

  • Très grande autonomie due à la forte capacité énergétique de l’uranium (1 gramme d’uranium 235 équivaut énergétiquement à 1 tonne de charbon)
  • Pas d’émission de carbone pendant le fonctionnement
  • Le combustible nucléaire, de très faible volume et de grande autonomie, permet de libérer de l’espace pour stocker du carburant supplémentaire pour les avions.
  • Contrairement à la propulsion Diesel, il n’y a pas de fumée qui s’échappe de la cheminée et  entrave  la visibilité des pilotes en phase d’appontage.

Ce chantier hors normes va demander le maintien et le développement de capacités industrielles significatives qui garantiront la préservation des compétences techniques et industrielles, notamment au niveau des nouvelles chaufferies nucléaires qui seront plus puissantes que les chaufferies actuelles.

Le prochain fleuron de la marine nationale affichera une masse de 75.000 tonnes, une longueur de 305 mètres et une largeur de 80 mètres au niveau du pont d’envol, contre des valeurs beaucoup plus faibles pour le Charles de Gaulle :  masse de 42.000 tonnes, longueur de 261 mètres et  largeur de 61 mètres au niveau du pont d’envol.

Cependant, sa vitesse (27 nœuds) et ses effectifs (2.000 marins) seront identiques au Charles de Gaulle.

La disponibilité du nouveau bâtiment sera accrue avec un grand carénage de 18 mois tous les 10 ans  seulement (contre un grand carénage de 18 mois tous les 7 ans pour le Charles de Gaulle).

Le nouveau porte-avions pourra embarquer 30 rafales  et réaliser  des pontées de 25 appareils. Il pourra également accueillir des exemplaires du SCAF, le futur avion de chasse européen, plus lourd et plus encombrant que le Rafale. Enfin il sera équipé des nouvelles catapultes électromagnétiques de conception américaine pour assurer le décollage accéléré des avions.

Inscription à nos stages

Vous souhaitez vous inscrire à nos stages intensifs de pré-rentrée en Maths Sup ?